Pierre-Joan BERNARD

 

Alors que l’occitan fut largement utilisé à Montpellier au Moyen Age par les autorités consulaires (Petit Talamus), il est frappant de constater la quasi absence d’actes en occitan produits par la chancellerie des seigneurs de Montpellier aux XIIe et XIIIe siècles. Sur un corpus conservé de plus de 500 actes pour cette période, on n’en dénombre en tout qu’une quarantaine écrits en occitan, presque tous des serments de fidélité. Et en règle générale, la présence de l’occitan dans un acte se fait par défaut, quand le latin ne peut suppléer. Il convient donc de s’interroger sur les raisons de cette situation. Pourquoi la langue d’Oc n’est-elle utilisée que dans tel type d’acte ou que dans tel contexte particulier ? L’usage du latin plutôt que de l’occitan par la chancellerie seigneuriale, alors que dans l’ouest du Languedoc( Rouergue, Albigeois, Toulousain) l’occitan tient une place plus importante, relève-t-il de choix politiques et culturels ? Dans une société médiévale qui donne de plus en plus d’autorité à l’écrit, se pose la question de l’autorité de la langue. Cette situation dénote-t-elle un refus d’accorder à l’occitan toute valeur juridique dans l’écriture des actes face à l’autorité de la langue latine ? C’est à ces problématiques que nous tenterons d’apporter quelques éléments de réponses.

 

OCCITAN

 

Se l’occitan foguèt bravament utilizat a l’Edat Mejana a Montpelhièr per las autoritats consulàrias (Pichon Thalamus), la quasi absencia totala d’actes en occitan produches per la Cancellariá dels senhors de Montpelhièr als sègles XII e XIII e pro notabla. Dins un corpus de mai de 500 actes d’aquel temps, trobam sonque un quarantenat d’actes, quasi totes de serments de fidelitat. En regla generala, la preséncia de l’occitan dins l’acte se fa per desfaus, aqui que lo latin pòt pas èsser emplegat. Tanbe, cal cercar las rasons d’una situacion tala. Perqué utilizar l’occitan sonque per un tipe d’actes o dins un contèxte precís? L’us del latin, puslèu que de l’occitan, per la cancellariá del senhor, mentre qu’a l’oèst del Lengadòc (Roèrgue, Albigés, Tolsan) l’occitan i a plaça pus ampla, seriá una causida politica o culturala? La question de l’autoritat de la lenga se pausa dins aquela societat medievala que l’escrit i pren de mai en mai d’autoritat. L’occitan auriá pas prossa valor juridica dins l’escritura dels actes, fàcia a l’autoritat de la lenga latina? Ensajarem de donar qualques elements de responsa a’n aquelas problematicas.

 

ENGLISH

 

While in mediaeval Montpellier Occitan was widely used by the consular authorities (Petit Talamus), the almost total absence of Occitan-language acts produced by the chancellery of the seigneurs of Montpellier in the 12th and 13th centuries is extremely striking.  In a surviving corpus of over 500 acts from this period, we find no more than forty or so in Occitan, almost exclusively oaths of loyalty.  Furthermore, the presence of Occitan is strictly by default, in cases where the use of Latin is not possible.  The reasons behind this situation hence invite consideration.  Why is Occitan only used in certain types of act or in a specific context?  Is the chancellery use of Latin rather than Occitan – in contrast to the western Languedoc (Rouergue, Albigeois, Toulousain) where Occitan has a more significant role – a result of political and cultural choices?  In a mediaeval society conferring increasing authority on the written word, the question of the authority of language arises.  Does this situation indicate a refusal to invest Occitan with any legal value in the writing of the acts, compared with the authority of Latin?  The present study seeks to offer a first response to these questions.

%d blogueurs aiment cette page :