Cyril DAYDE

 

L’intérêt des historiens pour les sources diplomatiques n’est pas nouveau. Mais le recours à ces sources fut longtemps orienté par une visée polémique : on éditait tel ou tel document de façon sélective, parce qu’il étayait commodément une thèse ou une autre. Il est significatif de constater que les plus grandes entreprises d’étude et d’édition de documents diplomatiques se positionnaient jadis dans une perspective militante ; et ce de Papenbrock et Mabillon, jusqu’à Jules Tardif et Karl August Pertz.

 

Or, les courants historiographiques ont évolué. Désormais, les documents diplomatiques sont utilisés moins à titre de preuves qu’en guise de sources. L’avantage majeur de ce matériau historique réside dans sa polyvalence : une charte, un testament, une lettre conservés dans un fonds d’archives éclairent non seulement la vie quotidienne d’une partie de la population à une époque donnée, mais encore une affaire ponctuelle qui constitue son contexte immédiat. Au sens large, l’histoire sociale n’est pas absente, car un document de cette nature contient toujours quelques renseignements sur l’auteur de l’acte, son statut, ses prérogatives, et souvent même la nature de ses rapports avec son entourage dans l’exercice de ses fonctions.

 

Le cartulaire des seigneurs méridionaux Alaman (Albi, AD81, J(054) 0239) comporte des textes en latin, en roman, en « provençal » et en français, d’une langue parfois mâtinée d’influences variées. Parmi la grande masse de documents qui s’offraient à nous pour notre étude, notre choix s’est porté sur l’inventaire après décès de Sicard le Jeune, daté à Toulouse le 9 mars 1280. Ce type d’acte marque la jonction entre un seigneur défunt et son héritier vivant. La présence de la mort, en filigrane, l’emplit d’une dimension religieuse, tandis que les objets du quotidien forment un répertoire prosaïque.

 

OCCITAN

 

L’interès dels istòrians per las sorgas diplòmaticas es pas nòu. Pr’aquò faguèron longtemps un usatge d’aquelas sorgas amb una visada polemica. Fasián una causida entre los documents a editar segon coma sostenián comòdament una tèsi o una autre. Atal las entrepresas majas d’estudi e d’edicion de documents diplòmatics se placèron dins una tòca militanta, de Papenbock e Mabillon fins a Jules Tardif e Farl August Pertz.

Mas las escòlas istoriògraficas an cambiat. Ara utilizan los documents diplòmatics mens coma pròvas que coma sorgas. L’avantatge principal d’aquel material istòric es que s’en pòt far un usatge multiple. Una carta, un testament, una letra explican tant la vida de cada jorn d’una part de la populacion d’un còp èra, qu’un eveniment d’aquel temps. Del punt de l’istòria sociala, un document apòrta totjorn d’entresenhas sus l’autor de l’acte, sa condicion, sas prerogativas e sovent sus la natura de sas relacions amb sos familiars dins l’exercici de sas foncions.

Lo cartulari dels senhors miègjornals Alaman conten de tèxtes en latin e en roman (en « provençal », en franciman o dins una lenga mesclada). Entre totes aqueles documents plan nombroses, avèm causit d’estudiar l’inventari aprèp decès de Sicart lo Jove, en data de Tolosa del 9 de mars 1280. Aquel tipe d’acte fa lo ligam entre un senhor mòrt e son eretièr viu. Es comol d’una dimension religiosa, mentre que los objectes de cada jorn forman un repertòri prosaïc.

 

ENGLISH

 

For historians to take an interest in diplomatic sources is nothing new.  But consultation of such sources has for a long time been driven by polemical aims: documents were selectively edited since they conveniently supported one hypothesis or another.  It is telling that, from Papenbrock and Mabillon to Jules Tardif and Karl August Pertz, the major studies and editions of diplomatic documents were formerly undertaken for militant ends.

Historiography has since moved on, and nowadays diplomatic documents are used less as evidence than as sources.  The great advantage of this historical material is its versatility: an archived charter, will or letter can throw light not only on the day-to-day life of part of the population at a given period, but also on the individual affair which constitutes the immediate context of the document.  Nor is social history in its widest sense excluded, since a document of this type invariably contains information on its author, his rank, his prerogatives, and frequently the nature of his relations with those around him in the discharge of his duties. 

The cartulary of the Alaman family in Southern France (Albi, AD81, J(054) 0239) comprises texts in Latin, Romance, ‘Provençal’ and French, presenting a variety of linguistic influences.  Of the many documents available for this study, I have chosen the inventory carried out after the death of Sicard the Younger (dated Toulouse, 9 March 1280).  This type of act marks the transition from a deceased noble and his living heir.  The implicit presence of death introduces a religious perspective, while the day-to-day objects form a prosaic list.

 

%d blogueurs aiment cette page :