Anna MAURI

 

La tòca de la comunicacion es de presentar un aspecte del compositor Deodat de Séverac

(1873-1921), qu’es pas gaire conegut ni estudiat pels especialistas : la sia identitat occitana.

Nascut en Lauragues, Deodat èra membre d’una de las familhas mai vièlhas d’Occitania. Pr’aquò es

dins las seunas òbras vocalas qu’aquela identitat s’exprimis, e mai concretament, dins l’òbra

anomenada Flors d’Occitània. Aquel recolh per votz e pianò compren tres cançons amb de textes

en occitan de Prospèr Estieu, Marguerite Navarre e Pèire Goudouli.

Editit en 1910, aquel recolh es marcat per l’influencia d’un contexte cultural d’affirmacion de la

cultura lengadociana de la debuta del segle XX. Se pòt veire, amb un estudi de la correspondencia

del compositor, que la causida del títol siguèt lo resultat de son amistat amb Prospèr Estieu e Paul

Rey. Òm pòt tanben ligar aquela òbra e la volontat de balhar una presencia a l’occitan a un ensemble

de compositors e interprètas que Severac coneissia e frequentava, coma los fraires Castera,

Canteloube, o encara Fauré, Selva et Vines.

La causida de textes e de mesas en musica illustra una relacion a la cultura occitana originala de

Severac, a la crosada de sa cultura classica personala e de la creacion literaria d’aquela epòca.

Tanben, la causida dels textes es la pròba d’un estacament a una tradicion literaria vièlha. Revirada

tre sa creacion, aquela òbra èra destinada a un public internacional e elitista.

Aquelas peças son pas estadas emblidadas dempèi, mas son las versions francesa e anglesa que

siguèron interpretadas e tornar mai publicadas. Òm se pòt demandar per quinas rasons cap

d’enregistrament existis dins la lenga originala. Aquò es simptomatic del resson balhat a la creacion

occitana, que seria globalament sos-estimada. La recerca d’aquela partida de l’òbra de Severac

implica doncas un trabalh documentari a la crosada de la letradura e de la musicologia.

 

ENGLISH

 

This presentation aims to explore an aspect of the composer Deodat de Severac (1873-1921) which is little known, and little studied by specialists: his Occitan identity. 

Born in the Lauragués, Deodat belonged to one of the oldest Occitan families; it is in his vocal works that this identity is expressed, and more specifically in the work entitled Flors d’Occitania.  This suite for voice and piano comprises three songs with Occitan lyrics by Prospèr Estiu, Marguerite de Navarre, and Pèire Godolin. 

Published in 1910, this suits is marked by the influence of the cultural context affirming Lengadocian culture in the early 20th century.  Study of the composer’s correspondence shows that the choice of the title resulted from his friendship with Prospèr Estiu and Paul Rey.  The work, and a desire to give Occitan a degree of presence can also be linked to a group of composers and performers who Severac knew and associated with, such as the Castera brothers, Canteloube, and also Fauré, Selva and Vines.

The choice of texts and settings illustrates Severac’s relation to his original Occitan culture, involving both his own classical culture and the literary movements of the time.  The choice of texts also demonstrates a certain attachment to an old literary tradition.  Translated from the outset, this work was aimed at an international, elitist audience.

The pieces have not been forgotten since, but it is their French and English versions which have been performed and republished.  One might ask why no recording in the original language exists.  This is symptomatic of the response encountered by artistic creation in Occitan, systematically undervalued.  Research on this part of Severac’s oeuvre hence involves documentary work spanning both literature and musicology.

 

FRANÇAIS

 

Le but de cette communication est de présenter un aspect du compositeur Déodat de Séverac (1873-1921), qui est peu connu et étudié par les spécialistes : son identité occitane. Né en Lauraguais, Déodat faisait partie d’une des plus vieilles familles d’Occitanie. C’est dans ses œuvres vocales que cette identité s’exprime, et plus précisément dans l’œuvre intitulée Fleurs d’Occitanie. Ce recueil pour voix et piano comprend trois chansons avec des textes en occitan de Prosper Estieu, Margueritte Navarre et Pèire Goudouli.

Publié en 1910, ce recueil est marqué par l’influence d’un contexte culturel d’affirmation de la culture languedocienne du début du XXe siècle. On peut voir, en étudiant la correspondance du compositeur, que le choix du titre fut le résultat de son amitié avec Prosper Estieu et Paul Rey. On peut aussi relier cette œuvre et la volonté de donner une présence à l’occitan, à un ensemble de compositeurs et interprètes que Séverac connaissait et fréquentait, comme les frères Castéra, Canteloube, ou encore Fauré, Selva et Vines.

Le choix de textes et de mises en musique illustre une relation originale de Séverac à la culture occitane, à la croisée de sa culture classique personnelle et de la création littéraire de cette époque. Le choix de ces textes est aussi la preuve d’un attachement à une antique tradition littéraire. Traduite dès sa création, l’œuvre était destinée à un public international et élitiste.

Ces pièces n’ont pas été oubliées depuis, mais ce sont les versions française et anglaise qui ont été interprétées et republiées. On peut se demander pour quelle raison aucun enregistrement n’existe dans la langue originale. C’est symptomatique de l’écho donné à la création occitane, qui serait globalement sous-estimée. La recherche de cette partie de l’œuvre de déodat de Séverac implique donc un travail documentaire situé à la croisée de la littérature et de la musique.

 

%d blogueurs aiment cette page :