Marjolaine RAGUIN

 

Il s’agira d’exposer au cours de notre communication quelques résultats de notre recherche de Doctorat qui porte sur la seconde partie de la Chanson de la Croisade albigeoise et la question de la propagande politique et religieuse qui l’anime. Daté de la fin du premier tiers du XIII° siècle, ce texte anonyme qui condamne la croisade sur les terres occitanes est la continuation d’un premier poème de Guilhem de Tudela, favorable à l’expédition croisée.

Du fait de son caractère particulier de continuateur d’une première œuvre dont il prend la suite volontairement et avec soin, mais aussi dans le contexte historique du conflit militaire, politique et religieux qui sévit en Occitanie, il est particulièrement intéressant d’étudier le discours propagandiste qui est tenu dans l’œuvre de l’Anonyme. Pour ce faire, nous exposerons donc, quelques résultats particulièrement significatifs en ce qui concerne l’usage d’une terminologie spécifique à la désignation des acteurs politiques et/ou religieux du conflit, qu’ils y soient opposés ou favorables. Il est en effet intéressant de constater ce que dit le texte, comme ce qu’il cherche à taire au public, avec l’usage ou le bannissement de termes spécifiques, tel que l’emblématique « eretges », mais aussi par la qualification de la famille comtale toulousaine, de Simon de Montfort, des troupes croisées et des clercs. D’autre part, nous nous attacherons à comprendre en quoi cette façon d’utiliser le langage peut être considérée comme propagandiste, et éclairée par le contexte d’un voisinage avec le texte de Guilhem de Tudela. Enfin, cet exposé de nos travaux permettra de s’interroger sur la question de « Paratge » et les techniques de défense de la civilisation occitane que l’auteur construit face à l’envahisseur croisé.

 

OCCITAN

 

ENGLISH

 

In this presentation I set out to present some results of my doctoral research bearing on the second part of the Chanson de la Croisade Albigeoise and the question of the political and religious propaganda which motivates it.  Dating from the end of the first third of the thirteenth century, this anonymous text condemning the crusade in Occitan territories constitutes the continuation of an existing poem by Guilhem de Tudela in favour of the crusading expedition. 

By virtue of his singular position as the continuer of an existing work, the thread of which he takes up voluntarily and with great care, but also given the historical context of the military, political and religious conflict raging in Occitania, it is particularly interesting to study the propagandist discourse held forth in the anonymous Author’s work.  To this end, I shall therefore present some particularly significant results concerning the use of terminology specific to designating the major political and/or religious figures in the conflict, whether they oppose or favour it.  It proves interesting to note both what the text says, and what it seeks to conceal from its audience, through the use or the exclusion of specific terms, such as the emblematic ‘eretges’, but also through the designation of the ruling house of Toulouse, Simon de Montfort, the crusading forces and the clergy.  I shall also endeavour to reach a deeper understanding of the ways in which this use of language can be considered propagandist, and of what light is thrown on it by its juxtaposition to Guilhem de Tudela’s text.  Finally, this presentation of my research will lead to consideration of the issue of ‘paratge’ and the techniques for defending Occitan civilisation which the author constructs in the face of the invading crusaders.

%d blogueurs aiment cette page :