Audrey VIGUIER

 

En 1791, la pratique intensive des pamphlets révolutionnaires met en évidence le problème de la diglossie en France : cette année là, le Comité de Salut public sur les idiomes entreprend d’ établir une liste des « idiomes les plus contraires à la propagation de l’esprit public ».  Alors que la majorité des pamphlets anti-monarchistes se décuplaient à la capitale, en région la situation était plus confuse : textes révolutionnaires et anti-révolutionnaires battaient ensemble le pavé. Dans le Midi, et plus précisément à Toulouse, la vague anti-révolutionnaire monte : en rejetant le serment sur la Constitution Civile du clergé, les pamphlétaires, pour la plupart inconnus, semblent freiner les idées révolutionnaires dans la langue occitane. Je me propose de faire une étude comparative entre les textes pro-cléricaux écrits en occitans et les textes anti-cléricaux  parisiens de 1791. Ces pamphlets transforment alors l’approche sémantique de la religion, parfois comparée à Paris à une hydre qui dévore le peuple, elle devient l’objet d’un argumentaire tout à la fois simple et recherché dans le texte occitan. Ma communication nous invitera à venir revisiter l’approche textuelle du thème religieux au niveau sémantique, stylistique et historique pour comprendre comment la manipulation diglossique a pu être aussi cruciale pendant les évènements révolutionnaires anti-cléricaux. Nous pourrons alors mieux situer la volonté jacobine d’imposer une seule langue à la nation, afin que celle-ci puisse véhiculer les idéaux révolutionnaires sans jamais être contredits, ou au mieux sans jamais pouvoir les travestir dans un idiome, quelqu’il soit.

 

OCCITAN

 

 

ENGLISH

 

In 1791, the intensive production of revolutionary tracts brought to the fore the issue of diglossia in France: it was in this year that the Comité de Salut public sur les idiomes undertook to draw up a list of those ‘speech varieties most opposing the spread of public spirit’.  While a majority of anti-monarchist tracts were unleashed on the capital, the situation in the provinces was less clear-cut: revolutionary and anti-revolutionary texts circulated side by side.  In the South, and more specifically in Toulouse, the anti-revolutionary movement gained ground: the (mostly unknown) tract authors, rejecting the oath on the civil constitution of the clergy, seem to curb revolutionary ideas in Occitan.  Here, I offer a comparative study of 1791 pro-clerical texts written in Occitan and anti-clerical texts produced in Paris.  The tracts transformed the semantic approach to religion; at times compared in Paris to a hydra devouring the people, in the Occitan texts religion formed the subject of argumentation at once simple and advanced.  This presentation constitutes an invitation to revisit the textual approach to the theme of religion from semantic, stylistic and historical perspectives, in order to understand the full importance of diglossic manipulation during the anti-clerical events of the Revolution.  It will then be possible to place in its proper context the Jacobin desire to impose a single language on the nation, one which could convey revolutionary ideals without the possibility of contradiction, or at best without that of misrepresentation in any language.

%d blogueurs aiment cette page :